Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

echoes.over-blog.com

traduction française de textes anglais; éditoriaux; revue de presse


Héros de Celluloïd

Publié par Ray Davies, traduction Hervé Le Gall sur 25 Juillet 2013, 18:06pm

Catégories : #traduction, #james gandolfini, #kinks, #seventies, #necrologie, #lyrics

vidéo : cliquez sur « Lire la suite »

Héros de Celluloïd

Nous sommes tous des rêveurs, nous sommes tous des vedettes,

Qui que nous soyons, nous sommes présents dans les films.

Il y a des vedettes dans toutes les villes,

Toutes les maisons, toutes les rues,

Et si vous vous promenez sur Hollywood Boulevard,

Leurs noms sont gravés sur les trottoirs !

En arpentant le Boulevard, ne marchez pas sur Greta Garbo,

Elle a l’air si faible, si fragile, c’est pourquoi elle essayait d’être si dure

Mais on fit d’elle une princesse

Et on l'assit sur un trône,

Pourtant elle tourna le dos au vedettariat,

Parce qu’elle voulait être seule.

Quand on se promène sur Hollywood Boulevard, on y croise toutes les vedettes,

Celles que l’on reconnaît, celles dont on a à peine entendu parler,

Des gens qui ont travaillé, souffert, lutté, pour connaître la gloire,

Ceux qui y parvinrent, ceux qui souffrirent en vain.

Rudolph Valentino, a l’air en pleine forme,

Il regarde sous les robes des dames tristes qui le frôlent.

Évitez de marcher sur Bela Lugosi

Car il risque de se retourner pour vous mordre,

Mais soyez proches de Bette Davis,

Dont la vie ne fut que solitude.

Si vous le recouvriez de détritus,

George Sanders aurait toujours autant de classe,

Et si vous trébuchiez sur Mickey Rooney,

Il continuerait à se retourner, en souriant,

Mais de grâce, n’écrasez pas notre Marilyn chérie,

Car elle n’est pas très robuste,

Elle aurait dû être faite de fer, ou d’acier

Mais elle n’était faite que de chair, et de sang.

…/…

Votre identité n’a pas d’importance, tout le monde a sa place dans l’industrie du spectacle,

Ceux qui connaissent le succès,

Restez sur vos gardes,

Il marche, main dans la main, avec l’échec

Le long d’Hollywood Boulevard.

Si seulement ma vie pouvait n’être qu’un film hollywoodien sans fin,

Un monde imaginaire de héros et de méchants en celluloïd,

Car les héros de celluloïd ne connaissent pas la douleur,

Et les héros de celluloïd ne meurent jamais vraiment.

…/…

(Ray Davies, 1972)

Héros de Celluloïd

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents