Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

echoes.over-blog.com

traduction française de textes anglais; éditoriaux; revue de presse


POUMONS (Johan Cruijff ; 25 avril 1947 - 24 mars 2016)

Publié par Townes Van Zandt; traduction Hervé Le Gall sur 27 Mars 2016, 20:38pm

Catégories : #life's a bitch, #c'est dur de perdre un ami, #lyrics, #sniff, #obituary, #memory lane

“football is the most beautiful game. We can play it in the street. We can play it everywhere. Everyone can play it whether you’re tall or small, fat or thin” (Johan Cruijff)

“football is the most beautiful game. We can play it in the street. We can play it everywhere. Everyone can play it whether you’re tall or small, fat or thin” (Johan Cruijff)

POUMONS

Prête-moi donc tes poumons,

Les miens se délabrent.

Les pieds plantés, je respire avec amertume

Le temps qui passe.

J’en prendrai des bouffées, j’en donnerai aussi,

Je prierai pour que le jour ne soit pas vicié,

Je suis de ceux dont la vie se déroule

Dans la solitude et l’indécision.

Des doigts s’enfoncent dans les ténèbres,

L’aiguille de l’esprit indique minuit,

Rassemble tout l’or que tu as extrait,

Imbécile, ce n’est que le clair de lune,

Si tu essaies de le ramener chez toi,

Tes mains se changeront en beurre.

Tu devrais ficher la paix à ce rêve,

Essaie d’en trouver un autre.

Le salut s’est assis, a fait le signe de la croix,

Appela le diable « mon associé »,

La sagesse se consumait sur une étagère.

Qui donc tuera le cancer déchaîné,

Condamnera l’embouchure du fleuve,

Fera de l’eau une prisonnière,

Emplira le ciel de hurlements et de pleurs,

Se baignera dans des réponses enflammées ?

Jésus était fils unique,

Et l’amour, son seul concept.

Des inconnus crient, en des langues étrangères,

Ils souillent l’entrée,

Ni toi, ni moi,

N’avons de temps à perdre avec l’extérieur,

Garde pour toi tes airs offensés,

Nous dirons au monde que nous avons essayé.

(Townes Van Zandt ; 1969)

"Prête-moi donc tes poumons,  Les miens se délabrent." - Putain de cigarette

"Prête-moi donc tes poumons, Les miens se délabrent." - Putain de cigarette

"Qui donc tuera le cancer déchaîné?"

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents