Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

echoes.over-blog.com

traduction française de textes anglais; éditoriaux; revue de presse


LE POINT ATTAQUE @SI POUR INJURE PUBLIQUE (SI SI)

Publié par Daniel Schneidermann Alain Korkos sur 25 Décembre 2015, 21:00pm

Catégories : #éditocratie, #mediacratie, #arrêt sur images

LE POINT ATTAQUE @SI POUR INJURE PUBLIQUE (SI SI)

http://www.arretsurimages.net/chroniques/2015-12-24/Le-Point-attaque-si-pour-injure-publique-si-si-id8332

chronique du 24/12/2015 par Daniel Schneidermann

LE POINT ATTAQUE @SI POUR INJURE PUBLIQUE (SI SI)

Ce pourrait être une blague. D'ailleurs j'ai cru à une blague. Mais cela semble tout à fait sérieux : Le Point nous attaque pour injure publique.

En début de semaine, nous avons reçu en document attaché cette aimable réquisition, dans laquelle Alain Korkos et moi-même sommes sollicités de donner tous nos renseignements d'état-civil (date et lieu de naissance, identité des parents, etc…).

http://www.arretsurimages.net/media/article/s84/id8332/original.86600.demi.jpg

Pourquoi Alain ? Parce que M. Etienne Gernelle, directeur de l’hebdomadaire, attaque pour injure publique cette chronique d'Alain Korkos, "Les Arabes : aux origines de la couverture du Point", parue au printemps dernier.

http://www.arretsurimages.net/media/article/s84/id8332/original.86598.demi.jpg

Etienne Gernelle attaque aussi le tweet que nous avions fait après publication de cette chronique, et que voici :

http://www.arretsurimages.net/media/article/s84/id8332/original.86601.demi.jpg

Quel honneur ! On pouvait penser que le puissant hebdomadaire de M. Pinault se contrefichait de notre petit site, comme l'éléphant du moustique. On découvre donc que le moustique agace l'éléphant. C'est un hommage.

Je ne vais pas ici justifier la chronique d'Alain. Si cet extravagant procès devait aller à son terme, nous expliquerions au tribunal (et à M. Gernelle, qui semble l'ignorer), en quoi consiste la liberté de chroniquer, dans la presse française.

Nous expliquerions aussi dans quel contexte se situe la chronique incriminée. A savoir une campagne constante, acharnée, de l'hebdomadaire en question, contre les Arabes, les Musulmans, l'Islam. Certes pas l'Islam en général, objectera Le Point. Mais la question, toute la question, sera de savoir si la constance ne finit pas par généraliser l'attaque.

http://www.arretsurimages.net/media/article/s84/id8332/original.86599.plein.jpg

M. GERNELLE, LA LIBERTÉ D'EXPRESSION, ET NOUS

Je ne doute absolument pas de la sincérité des engagements de M. Gernelle en faveur de la liberté d'expression (qu'il a d'ailleurs invoquée pour justifier la publication en couverture du Point de la photo du policier assassiné le 7 janvier). D'ailleurs, en dépit des rumeurs, M. Gernelle a maintenu dans les colonnes de son hebdomadaire la chronique de Philippe Tesson, lequel avait affirmé sur Europe 1 que "ce sont les Musulmans qui amènent la merde en France aujourd'hui".

Et il a eu raison. Tesson a le droit de dire ce qu'il veut, aussi longtemps que la Justice l'y autorise. Et pour l'instant, la Justice semble ne pas y avoir trouvé à redire.

Nous aussi, nous sommes en faveur de la liberté d'expression. Totalement. Celle du Point, d'estimer, même implicitement, que l'Islam conduit au terrorisme. Mais cette liberté du Point a un corollaire : la nôtre, de dire ce que nous en pensons. Et l'an prochain comme l'an dernier, en dépit des intimidations de M. Gernelle, nous comptons bien continuer.

Mise à jour, 24/12/15, 13h20 : @si est poursuivi pour "injure publique", et non diffamation, comme nous l'écrivions dans une première version de cette chronique (sur la différence entre les deux, voir par ici).

http://www.snj.cgt.fr/deontologie/diffamation.html

Par Daniel Schneidermann le 24/12/2015

http://www.arretsurimages.net/chroniques/2015-05-28/Les-Arabes-aux-origines-de-la-couverture-du-Point-id7762

chronique du 28/05/2015 par Alain Korkos

"LES ARABES" : AUX ORIGINES DE LA COUVERTURE DU POINT

Les Arabes. L'histoire méconnue d'une civilisation • Aux origines de la tragédie d'aujourd'hui.

Avec cette couverture, chef-d'œuvre incontesté digne de Je suis partout, Le Point se hisse au sommet de son art.

http://www.arretsurimages.net/media/article/s78/id7762/original.81207.demi.png

Pour illustrer ce dossier consacré aux Arabes, Le Point a choisi une peinturlure de Jean-Joseph Constant qui signait ses œuvres sous le pseudonyme de Benjamin-Constant, à ne pas confondre avec l’écrivain Benjamin Constant.

Benjamin-Constant-avec-un-tiret fut un peintre fort célèbre en son temps qui peignit, entre autres, les plafonds de l'Hôtel de ville de Paris, ceux de l'Opéra-Comique de Paris itou, sans oublier quelques fresques ornant les murs de la Sorbonne. Mais avant d'être un barbouilleur officiel de la Troisième République, Benjamin-Constant-avec-un-tiret fut, avec Henri Regnaut dont il était tout récemment question dans une précédente chronique, l'un des derniers grands peintres orientalistes. Et c'est l'une de ses œuvres intitulée Dans le palais du sultan qui s'affiche cette semaine au fronton du Point, sublime peinturlure faite de clichés et d'approximations. Voici l'œuvre, dans son entier :

http://www.arretsurimages.net/media/article/s78/id7762/original.81208.demi.png

Dans le palais du sultan par Benjamin-Constant, XIXe siècle

Benjamin-Constant-avec-un-tiret, qui fit un séjour de quelques mois au Maroc, réalisa pendant des années des toiles illustrant un Orient de bazar à la géographie embrouillée. Dans Le palais du sultan, par exemple, nous voyons deux Marocains protégés par … un janissaire turc ! Mélange improbable, confusion, collage réunissant deux hommes avachis, inactifs (l'Arabe est volontiers paresseux), et un impavide guerrier casqué (car ne l'oublions pas, l'Arabe a aussi la fibre belliqueuse et tant pis si les Turcs ne sont pas des arabes, tout ça c'est de la vermine pareille).

http://www.arretsurimages.net/media/article/s78/id7762/original.81212.plein.png

Le Point ne pouvait choisir meilleure illustration pour son dossier consacré aux Arabes. L'histoire méconnue d'une civilisation• Aux origines de la tragédie d'aujourd'hui, peut-on lire sur sa couverture. Et si nous considérions les deux phrases comme s'il s'agissait d'une seule ? « L'histoire méconnue d'une civilisation aux origines de la tragédie d'aujourd'hui. » Ainsi perçues, ces deux sentences nous signifient que la civilisation arabe porterait en ses gènes, en son essence même, la tragédie actuelle. Celle qui relève du salafisme djihadiste et qui a pour nom État islamique, Daesh. Il suffit donc de lire un peu rapidement pour comprendre que les Arabes sont, par définition, des terroristes. Et l'on repense alors à cette autre une de Je suis partout datée du 15 avril 1938, intitulée Les Juifs :

http://www.arretsurimages.net/media/article/s78/id7762/original.81209.demi.jpg

Les Juifs. La question juive. Les Juifs et l'Allemagne (en attendant cet autre numéro daté du 17 février 1939 qui s'intitula Les Juifs et la France). Et cet encadré, en haut à gauche : « Que vous aimiez ou non les Juifs, vous devez savoir ce qu'ils sont. Informez-vous en lisant ce numéro rigoureusement objectif. »

On attend avec impatience un prochain numéro du Point titré Les Arabes et la France. À moins que Valeurs actuelles ne lui grille la politesse, car la compétition est rude.

L'occasion de lire ma chronique intitulée Arabie saoudite recrute bourreaux. Emploi à temps plein, sabre fourni.

http://www.arretsurimages.net/chroniques/2015-05-23/Arabie-saoudite-recrute-bourreaux-id7754

http://www.arretsurimages.net/media/article/s78/id7762/original.81210.png

Exécution sans jugement sous les rois maures de Grenade par Henri Regnault, 1870

Par Alain Korkos le 28/05/2015

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents