Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

echoes.over-blog.com

traduction française de textes anglais; éditoriaux; revue de presse


Smithers-Jones

Publié par Bruce Foxton; traduction Hervé Le Gall sur 27 Octobre 2015, 11:36am

Catégories : #lyrics, #9to5, #Jam, #memory lane

Bosse, bosse, bosse, jusqu’à en crever

Bosse, bosse, bosse, jusqu’à en crever

J’ai enfin trouvé l’occasion de placer une chanson de « Jam ».

Ils furent le dernier grand groupe « à 45 tours (vynil) ». La sortie de chacun d’entre eux était guettée par les initiés ; ils ne déçurent jamais, au contraire des albums/tue-l’amour qui leur succédaient.

La chanson du jour est une illustration parfaite de l’axiome : la version de la vidéo est celle de la face « B » du simple qui comportait « When You’re Young » en face « A ». Cette petite merveille d’hommage inspiré, à Ray Davies et ses « Kinks », est en effet reprise sur l’album « Setting Sons » … mais les guitares y sont remplacées par des violons foireux.

J’ai une théorie - en deux parties -, sur le sujet : « The Jam » était le groupe de Paul Weller, qui composait 99% de leurs chansons. Manque de bol pour lui, « Smithers-Jones » fut écrite par Bruce Foxton, le bassiste.

Mes jours d’indulgence, je me dis que la version indigeste de l’album est le résultat d’une tentative – pour le moins malheureuse – visant à lui faire subir le traitement que les Stones infligèrent (sur l’album « Metamorphosis », mais avec brio, eux) à «Out of Time », leur chanson de l’album « Aftermath ».

Cela dit, la plupart du temps, je pense que Weller s’est comporté comme une petite frappe, et qu’il a pris plaisir à saccager le petit chef d’œuvre de son pote, par pure jalousie/mesquinerie. Bref, on trouve la version de l’album quelque part sur YouTube, mais je me garderai bien d’indiquer le lien.

Enfin, il me semble logique de conclure en conseillant l’achat du double CD « Snap ! », qui regroupe les faces « A » et « B » de ces fameux 45 tours. Je le fais avec d’autant moins de mauvaise grâce, qu’un petit bijou n’y figure pas. Il s’agit de la chanson « Stoned out of my Mind » (reprise des merveilleux « Chi-Lites »), présente sur le deuxième disque du double 45 tours « Beat Surrender », et à laquelle je viens, en écrivant ces lignes, de consacrer une écoute jalouse, mesquine …

H.

Smithers-Jones

Lundi, enfin. C’est reparti.

Il se dirige vers la ligne Waterloo

Pour prendre le rapide de huit heures ; qui est toujours à l’heure.

« J’espère qu’il ne sera pas en retard, je dois y être à neuf heures ».

En costume à rayures, chemise propre, et cravate,

Il s’arrête à un kiosque, pour acheter le Times.

« Bonjour, Smithers-Jones,

La femme, les enfants, ça va ?,

Cette voiture que vous cherchiez, vous l’avez trouvée ? »

Laisse-moi t'envahir, te contrôler,

On pourrait prendre du bon temps,

Tous ces soucis finiront par t’abattre,

Je donnerai un nouveau sens à ta vie – « Je ne crois pas, non ».

Assis dans ton train, tu es presque arrivé,

Tu es un rouage de la chaîne,

Tu es pareil à lui, vous êtes comme des sardines en conserve,

Sortez du groupe, avant qu’ils n’ouvrent la boîte.

Il arrive au bureau, à l’heure pile,

L’horloge accrochée au mur n’a pas encore frappé son neuvième coup,

« Bonjour, Smithers-Jones,

Le patron veut te voir en tête à tête,

J’espère que c’est l'avancement que tu attends».

« Mon vieux Smithers, entrez,

Asseyez-vous, mettez-vous à l'aise,

J’ai quelque chose à vous dire,

Notre entreprise ne peut vous conserver,

Désolé, Smithers-Jones».

Fais chauffer de l’eau, prépare le thé,

Qu’est-ce qu’on est bien,

Mets tes pantoufles, allume la télé,

Qu’est-ce qu’on est bien,

C’est le moment de se détendre, après s’être tué au boulot,

Mais le patron bronzé est le seul à sourire,

Bosse, bosse, bosse, jusqu’à en crever,

Il y aura toujours bien d’autres chats à fouetter.

(Bruce Foxton/The Jam ; 1979)

"Out of Time", version "Aftermath"

"Out of Time", version "Metamorphosis"

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents