Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

echoes.over-blog.com

traduction française de textes anglais; éditoriaux; revue de presse


PEU IMPORTE

Publié par Leonard Cohen; traduction Hervé Le Gall sur 14 Août 2015, 11:02am

Catégories : #lyrics, #Cohen, #Grèce, #Tsipras Varoufakis

PEU IMPORTE

PEU IMPORTE

La guerre était perdue,

Le traité signé,

Je ne me suis pas fait prendre,

J’ai franchi la ligne.

Je ne me suis pas fait prendre,

Pourtant, beaucoup ont essayé,

Je vis parmi vous,

Sous un bon déguisement.

J’ai dû laisser

Ma vie derrière moi,

J’ai creusé des tombes

Que vous ne trouverez jamais.

L’histoire est racontée,

Avec son lot de faits, et de mensonges,

J’avais un nom,

Mais peu importe.

Peu importe,

Peu importe,

La guerre était perdue,

Le traité signé.

Une certaine vérité vit,

Une autre meurt,

J’ignore laquelle,

Alors peu importe.

Votre victoire

Fut si totale,

Que parmi vous certains

Pensèrent à conserver

Une trace de

Nos petites vies,

Les vêtements que nous portions,

Nos cuillères, nos couteaux.

Les jeux de hasard

Qui occupaient nos soldats,

Les pierres que nous taillions,

Les chansons que nous écrivions.

Notre loi de la paix,

Selon laquelle

Un mari dirige,

Une femme ordonne,

Et tout le reste,

Les expressions de

Cette Douce Indifférence

Que certains appellent l’Amour,

De cette Haute Indifférence

Que certains appellent le Destin,

Mais nous portions des Noms

Plus intimes.

Des Noms d’une telle profondeur,

D’une telle vérité,

Qu’à mes yeux, ils sont du sang,

Aux tiens de la poussière.

Nul n’a besoin

Que tout ceci survive :

Une certaine vérité vit,

Une autre meurt.

Peu importe,

Peu importe,

Je vis la vie

Que j’ai laissée derrière moi.

Une certaine vérité vit …

Je n’ai pas pu tuer

À ta manière,

Pas pu haïr,

J’ai essayé, j’ai échoué.

C’est toi qui m’a livré,

Du moins, tu as essayé,

Tu te ranges de leur côté,

Eux, que tu méprises.

C’était ton cœur,

Ce grouillement d’insectes,

Ce qui fut ta bouche

Est devenu ce bol de mensonges.

Tu les sers avec zèle,

Cela ne me surprend pas,

Tu es de leur famille,

De leur espèce.

Peu importe,

Peu importe,

J'ai dû laisser ma vie derrière moi.

L’histoire est racontée,

Avec son lot de faits, et de mensonges

Tu possèdes le monde,

Alors peu importe.

Peu importe,

Peu importe,

Je vis la vie

Que j’ai laissée derrière moi.

Je la vis en long,

Je la vis en large,

Je traverse des strates temporelles

Que tu ne peux séparer.

Ma femme est ici,

Comme mes enfants,

Leurs tombes sont à l’abri

De fantômes dans ton genre.

Dans les profondeurs,

Là où s’entrelacent les racines

Je vis la vie que j’ai laissée derrière moi.

(Leonard Cohen ; 2014)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents