Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

echoes.over-blog.com

traduction française de textes anglais; éditoriaux; revue de presse


LE TERRO, TERREAU SÉCURITAIRE

Publié par Bakchichll; xavier monnier sur 12 Janvier 2015, 17:42pm

Catégories : #unanimisme, #panurgisme

LE TERRO, TERREAU SÉCURITAIRE

https://www.bakchich.info/société/2015/01/12/le-terro-terreau-securitaire-63840

LE TERRO, TERREAU SÉCURITAIRE

Publié par Xavier Monnier il y a 13 heures

Patriot act à la Française, 11 septembre français. Les termes guerriers sont lâchés après les actes terroristes qui ont fait 17 victimes la semaine derrière. Et charrient un vent mauvais.

La stupeur, en premier, a frappé, en cette fin de matinée du 7 janvier. La menace n’était pas nouvelle. Elle s’est matérialisée, dans l’incrédulité. Charlie Hebdo, ses salariés, un agent d’entretien, des policiers. Un carnage. Un goût de sang dans la bouche auquel se mêle un goût de rance. Vite, trop vite, les flashs de ce qui va se dérouler les prochains heures, jours, semaines.

D’abord s’enclenche la traque à l’émotion. Des bandeaux « Exclusif ! » se succèdent, inlassables, pour dénombrer, nommer les victimes, leurs qualités. Info maison, distillée au conditionnel, dans une urgence que les rédactions, souvent, se créent. Puis le ballet des experts débute sur les plateaux. Entre ballerines et rangers, au gré des événements, l’indécence en continu à mesure que quelques informations filtrent, que les événements rebondissent. Fuite des frères Kouachi, rapidement soupçonnés d’avoir participé au massacre, témoignages de proches de victimes dont la peine se transforme en audimat, nouvelle fusillade à Montrouge. Une pièce dans la machine médiatique encore. Avec peu, trop peu d’info, beaucoup de mise en scène et des oukazes qui fusent. Haro sur les organisations coupables d’avoir osé critiqué Charlie Hebdo, quand le moteur même du journal était la liberté d’expression. Unanimisme autour de l’hebdo qui a fait de l’irrévérence son essence. Et appel, encore mezzo voce, à un durcissement des loi anti-terroristes, dont l’ultime mouture, adoptée à la quasi-unanimité par la représentation nationale, n’a pas encore vu ses décrets d’application publiés. La place n’est pas encore nette pour les sécurocrates, impatients après ce 11-Septembre français, d’appliquer un Patriot Act qui a si bien réussi aux Américains, de se lancer dans une guerre que les terroristes appellent de leurs vœux. Une guerre sale. Terreur contre liberté. Protection contre droits de l’homme, sécurité contre démocratie…

Avant cette tragédie, les responsables anti-terroristes rencontrés par Bakchich étaient formels. «Il n'est pas d'attentat qui se soit produit en raison d'un manque d'arsenal législatif». Et les mêmes de prévenir. «Avec l’empilement de lois depuis 1986, les libertés ont reculé de façon considérable. Tant qu’un démocrate est au pouvoir, cela peut tenir. Mais les instruments d’un régime sécuritaire sont déjà prêts à l’usage». La phrase n’a pas quitté l’esprit de la rédaction depuis qu’elle a été prononcée. Elle a hanté la semaine, les soirées d'hommage auxquelles nous nous sommes rendus, le défilé du 11 janvier. Elle continuera de trotter au-delà. Après la Coupe du Monde 98, après le 11 septembre 2001, après le 21 avril 2002, la France s’était rendue, unie, solidaire, dans la rue. Une émotion brute, sincère, énorme. Et vite dissipée pour laisser les bottes, les casernes, les petits intérêts politiques s’exprimer. De ces manifestations, reste le goût amer de la culpabilité, de l’hypocrisie, du gâchis. Maintes fois enseignées, la leçon sera-t-elle, cette fois, entendue?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents