Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

echoes.over-blog.com

traduction française de textes anglais; éditoriaux; revue de presse


Récits de Chasse à la Baleine

Publié par Keith Reid; traduction Hervé Le Gall sur 8 Mars 2014, 12:26pm

Catégories : #seventies, #lyrics, #procol, #Brooker-Reid, #traduction

(Lien vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=nRvA4W4vSqU; ou « Lire la Suite »). C’est très kitsch, mais je voulais la version originale (celle de « Home », avec Trower à la guitare).

On trouve la version de l’album « Live with the Edmonton Symphony Orchestra » ici : http://www.youtube.com/watch?v=0RJwDqjt-RI&feature=kp.

« Whaling Stories » est une sorte de feu d’artifice final pour le « cycle de la mer » de Reid, sur l’album qui est, à lui seul, un « cycle de la mort ». Je ne suis pas convaincu du rapport avec la chasse à la baleine, ni avec quoi que ce soit d’ailleurs, mais je donnerais cher pour avoir partagé ce qui mit Reid dans l’état d’écrire un truc pareil.

Je pense en fait que lui et Brooker ont dû se marrer comme des baleines en composant la chanson ; d’ailleurs après (bien) des années de pratique de Procol, il me semble que c’est ce décalage entre l’ironie des textes de Reid, de l‘ambition « symphonique » de Brooker, et l’infinie tristesse (et beauté) des mélodies/arrangements/orchestrations, du timbre de voix aussi, de Brooker, qui fait de Procol le trésor caché de farfelus dans mon genre.

H.

Récits de Chasse à la Baleine

Au bout de seize jours, l’encerclement était mené à bien ; nous nous imposâmes une tâche colossale,

Mettre la ville à sac, piller la tour, dérober l’alphabet.

Fermez la porte, barrez l’entrée, mais laissez les fenêtres dégagées,

Dieu est en vie, au cinéma ! Regardez l’écran argenté !

Tous les traîtres eurent droit à une ration de rhum, les pygmées se maîtrisaient,

Des limiers inspectèrent les maisons ; des marins empruntaient les ruelles sombres, à pas de loups.

Six coups piqués, la marmite était en ébullition, la potion se déversa sur les passants,

Des anges marmonnèrent des incantations, sous le regard attentif de Dieu, dans le ciel.

La foudre frappa – Tourments de l’Enfer ! Sous l’huile bouillante, c’est la vapeur qui hurlait !

Les Ténèbres frappèrent, comme un concentré de furie en fusion, dans la lumière des flashes, la scène connut la gloire,

Les hommes ne voyaient plus leurs doigts, on ne voyait plus un seul homme,

Rien pour appeler (ni un nom, ni un nombre) – Écho souffla son dernier cri.

C’est l’aube qui récura, avec ses grains de joie ; en pourrissant tout, elle nettoya tout,

Les fenêtres épièrent leurs voisines, dans les cheminées luisent les chevets,

SHALIMAR, reprirent en chœur les trompettes, les anges emporteront tous les saints,

Ceux qui restent en vie rencontreront les prophètes, ceux qui sont en paix assisteront à leur veillée funèbre.

(Gary Brooker/Keith Reid; 1970)

Récits de Chasse à la Baleine

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents