Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

echoes.over-blog.com

traduction française de textes anglais; éditoriaux; revue de presse


Les vœux de Noël d’une tapineuse, carte envoyée de Minneapolis

Publié par Tom Waits, traduction Hervé Le Gall sur 23 Décembre 2013, 22:17pm

Catégories : #traduction, #Tom Waits, #Blue Valentine, #Noel, #lyrics

(Lien vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=mxVo5mjK4eg; ou cliquez sur « Lire la suite »)

Les vœux de Noël d’une tapineuse, carte envoyée de Minneapolis

Salut Charlie, je suis enceinte,

je vis sur la 9ème,

juste au-dessus d’une librairie délabrée,

pas loin de l’avenue Euclide.

J’ai arrêté la dope,

je ne touche plus au whisky ;

mon mec est un joueur de trombone

et il travaille au champ de courses.

Il dit qu’il m’aime,

même si le bébé n’est pas de lui,

il promet qu’il l’élèvera

comme si c’était son propre fils ;

il m’a offert une bague

que sa mère portait,

et il m’emmène danser

tous les samedis soirs.

Tu sais, Charlie, je pense à toi

à chaque fois que je passe devant une station-service,

à cause de toute cette graisse

que tu te mettais dans les cheveux, à l’époque ;

j’ai toujours ce disque

de Little Anthony and the Imperials

mais on m’a volé mon tourne-disques,

qu’est-ce que tu dis de ça ?

Charlie, j’ai failli devenir folle

quand Mario s’est fait buter,

alors je suis retournée à Omaha

vivre chez mes vieux,

mais tous ceux que je connaissais, dans le temps,

étaient soit morts, soit en prison,

alors je suis revenue à Minneapolis,

cette fois je crois que je vais y rester.

Charlie, je crois bien que je suis heureuse,

pour la première fois depuis mon accident ;

j’aimerais avoir tout cet argent

qu’on passait notre temps à claquer dans la dope :

je m’achèterais un lot de voitures d’occasion,

mais je n’en revendrais aucune,

je me contenterais de conduire une voiture différente

chaque jour, selon mon humeur.

Charlie,

pour l’amour de Dieu,

tu veux vraiment

que je te dise la vérité ?

Je n’ai pas de mari,

il a jamais joué de trombone ;

j’ai besoin d’emprunter de l’argent

pour payer cet avocat.

Hé, Charlie,

j’ouvrirai droit à la conditionnelle

pour la Saint-Valentin.

(Tom Waits; 1978)

Les vœux de Noël d’une tapineuse, carte envoyée de Minneapolis

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents